Beaucoup de conséquences à moyen terme du Covid 19 sur les entreprises restent à identifier. Mais il est déjà certain que les entreprises vont devoir revoir leur organisation et mettre en place des solutions adaptées à la nouvelle situation.

Après le choc initial et la gestion des urgences, les entreprises revoient activement leurs plans à la lumière des enseignements et des projections tirés des derniers mois. Même s’ils se déclinent différemment d’un secteur à l’autre, plusieurs éléments font inévitablement partie des réflexions.

  • l’incertitude : quand l’activité va-t-elle reprendre ? avec quelle vigueur ? en France ? en Europe ? aux USA ? en Asie ?
  • la vulnérabilité : aucun acteur économique ne peut se prétendre totalement à l’abri des conséquences immédiates ou différées de la crise du Covid 19.
  • la fragilité financière : la faiblesse des fonds propres lamine les trésoreries et rend difficile la recherche de financements
  • les multiples impacts sur l’organisation du travail, les relations sociales, le management, etc.

Et en regardant plus loin, dans le temps ou dans l’espace :

  • l’endettement inquiétant des économies nationales
  • la crise durable et profonde de certains secteurs : aéronautique, tourisme…
  • l’évolution des rapports humains : distanciation, télétravail, isolement derrière les masques…
  • l’émergence de nouveaux équilibres : relocalisation, regain d’attractivité des Régions, etc.

Les faits et les précédents historiques suggèrent que cette crise, comme les précédentes, sera un accélérateur de transformations.

L’idée selon laquelle “rien ne sera plus comme avant” circule abondamment, chacun y trouvant soit un motif d’espoir (“enfin la généralisation du télétravail”) soit une preuve confortant une conviction personnelle : la “vengeance de la nature”, la fin de la mondialisation, le “danger chinois”, la place à accorder à l’utilité sociale…
Si les propositions de réponses à mettre en oeuvre sont très variées, nul ne conteste que :

  • nos entreprises vont devoir rapidement s’adapter structurellement à la nouvelle donne économique et sociale
  • nos organisations vont devoir être plus résilientes pour ne plus se trouver démunies et paralysées comme au printemps 2020 (que ce soit à l’échelle de l’entreprise, d’une Région ou de la Nation)
  • de nouveaux modèles économiques vont émergés ou ont déjà commencé à le faire (circuits courts…)
  • des occasions doivent être saisies individuellement ou avec l’appui des pouvoirs publics pour créer les nouveaux services ou les nouveaux produits qu’attendent les consommateurs (par exemple dans le vaste domaine de l’économie verte).

La force du rebond de l’activité en France en juillet et août 2020 (point de conjoncture INSEE – 08/09/2020) montre que l’hypothèse optimiste d’une reprise soutenue n’est pas à écarter totalement.

En outre, deux circonstances extraordinaires devraient rendre cette crise encore plus “transformante” que les précédentes :

  • l’abondance de liquidités disponibles et les taux d’intérêt appelés à rester bas pendant plusieurs mois encore.
    En effet, avec les mécanismes amortisseurs (fond de solidarité, PGE, chômage partiel…) et maintenant de reprise (plan de relance, soutien à l’apprentissage, octroi généreux de la garantie publique…), les pouvoirs publics français ont rendu accessibles aux acteurs économiques des centaines de milliards d’euros auxquelles pourra venir s’ajouter progressivement le surplus d’épargne que les ménages français ont accumulé pendant la crise (environ 100 milliards, soit presqu’autant que le plan de relance gouvernemental).
  • la transition écologique. Qu’elle soit désirée ou perçue comme une contrainte, tout indique qu’elle fait pleinement partie de l’équation post covid. Ne pas l’intégrer dans les réflexions en cours serait assurément une erreur.

Le caractère “transformant” de cette crise est d’ailleurs souvent mis en avant par les politiques dans les différents plans de relance. A titre d’exemple, le Business Act Grand Est, présenté par la région Grand Est le 9 juillet 2020, ambitionne de faire de la région “une terre de transitions”, référence au coeur de l’Europe.

Alors, quelles transformations pour l’entreprise ?

Viennent tout d’abord à l’esprit celles immédiatement nécessaires à la poursuite de l’activité : mise en oeuvre du “distanciel” là où le “présentiel” ne se justifie pas, réaménagement des locaux, réorganisation des flux, mise en conformité avec les nouvelles réglementations…

Au-delà, ce sont les questions de pérennité et de compétitivité qui se posent. N’oublions pas que, du fait du caractère mondial de la pandémie, des réflexions similaires sont en cours sur les 5 continents ! Si une entreprise -par exemple- polonaise fait 2 pas dans le sens d’une plus grande compétitivité, l’unique pas qui aura été par l’entreprise française dans cette même direction ne sera pas suffisant. Ce ne sont donc pas des “mesurettes” ou des adaptations à la marge qui doivent être envisagées, mais bien une transformation en profondeur, une refondation, en profitant du plan de relance et de l’obligation de verdir nos industries.

C’est dire combien les chantiers sont vastes et la définition de priorités difficile.
Si l’on ne s’en tient qu’aux domaines où The WiW et ses partenaires interviennent, la nouvelle donne fait apparaître ou renforce les besoins pour certaines solutions numériques nécessaires pour préparer l’après Covid 19 :

  • la supervision et le contrôle à distance, notamment grace à l’IoT et aux capteurs : ils permettent de réduire les déplacements, de limiter la présence humaine dans des zones où il est difficile ou coûteux de mettre en place des mesures de protection sanitaire. Ils accélèrent et fiabilisent les remontées d’information.
  • les plateformes permettant l’agrégation et le partage de données : tableaux de bord, indicateurs, etc. que les équipes peuvent consulter et enrichir d’où qu’elles soient. En toute sécurité, au bureau, sur le terrain, ou à domicile.
  • les outils d’alerte et d’anticipation qui simplifient les tâches de planification et permettent d’optimiser l’emploi des ressources.
  • les outils numériques qui facilitent la formation des équipes : réalité virtuelle / augmentée pour des visites, des formations ou pour la préparation d’opérations de maintenance.
  • les outils qui contribuent à mesurer et réduire les différents impacts environnementaux de l’entreprise : performance énergétique, optimisation des processus de production…

Pour répondre à ces demandes, The WiW travaille à l’enrichissement de ses solutions. Par exemple, pour faciliter la construction et l’entretien de ressources collaboratives au sein du What is What ou pour automatiser un certain nombre de tâches de process.

N’hésitez pas à nous faire part de vos besoins. Aider nos clients à réussir fait partie des valeurs d’entreprise de The WiW. Nous sommes à vos côtés pour vous accompagner dans cette phase cruciale. C’est tous ensemble que nous permettrons à ceux qui font la force de l’économie française de faire face et de rebondir.

 

Ressources utiles : sur Tout Economie (Téco), retrouvez plusieurs dossiers et études économiques de référence pour nourrir votre réflexion (régulièrement actualisées).